Porté conjointement par Pierre FRÖHLICH (Ausonius) et par Christof SCHULER (Munich, Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik des DAI), le projet est consacré à étude des formes matérielles et institutionnelles de la culture agonistique et gymnasiale dans les cités grecques d’Asie Mineure, sur le long terme (IVe s. a.C.-IIIe s. p.C.).

Ces époques, de floraison des concours, sont caractérisées par l’importance du gymnase comme institution centrale des cités et comme bâtiment emblématique des villes. Au cours de plus de six siècles d’histoire, il a aussi connu de nombreuses transformations et mutations, dans son usage, sa signification et sa forme, mal connues. Il en va de même pour autres édifices liés à la célébration des concours, stades, hippodromes, etc. Or, cela n’a jamais été étudié comme objet d’histoire totale, malgré l’abondance des sources épigraphiques et archéologiques. Il est par ailleurs nécessaire d’étudier les deux phénomènes – concours et gymnases – dans leur association mutuelle, aux époques hellénistique et impériale romaine. L’objectif est de conduire une étude systématique de ces phénomènes à partir de l’exemple de l’Asie Mineure. Cet espace a été choisi à cause d’une importance documentaire sans équivalent et de la variété des situations culturelles.

Le travail envisagé doit permettre de dépeindre plus finement les évolutions dans l’espace considéré, en établissant les nuances nécessaires pour chaque cité, comme en ébauchant des comparaisons régionales, base pour penser les tendances générales des époques hellénistique et impériale.

La méthode de travail a été expérimentée sur deux « régions laboratoires » situées au Sud-ouest de l’Asie Mineure, la Carie et la Lycie, les mieux connues à Ausonius et à Munich, sur un financement conjoint du LabEx LaScArBx et du DAI. L’obtention d’un financement ANR-DFG (avril 2021- mars 2024) permet désormais d’aborder l’ensemble des régions de l’Asie Mineure occidentale et méridionale, y compris les îles voisines.

La documentation ainsi rassemblée est réunie, avec une brève synthèse régionale pour les deux régions étudiées, est constituée dans une base de données, en cours de développement, qui sera publiée en ligne par AusoNHum. Elle permettra non seulement de mettre en relation les sources communes, pour tel monument, telle institution, de telle cité, en rendant le(s) document(s) immédiatement accessibles, mais aussi de multiplier les angles de réflexion, tant à l’échelle locale, que régionale, ou par la comparaison entre les régions. Elle permettra aussi de soutenir une approche diachronique, comme spatiale, car elle permettra de générer des cartes, qui, sur tous les aspects du sujet, restent à élaborer. Chaque équipe a pris en charge une des deux régions, la Carie étant dévolue à Bordeaux, la Lycie à Munich, en raison de leurs expertises reconnues dans ce domaine.

L’extension de la recherche à l’Asie Mineure devrait faire l’objet d’une nouvelle phase de travail à parti de 2021 : l’équipe projette alors d’aborder l’ensemble des régions de l’Asie Mineure occidentale et méridionale, y compris les îles voisines. Pour ce faire, une demande de financement ANR-DFG a été déposée en mars 2020.